5-Curiosités de la Baie-des-Chaleurs

24,95 $
  • Essai de 224 pages
  • Format : 5,25 x 9 pouces
  • Environ 230 photos noir et blanc
  • Couverture couleur, reliure souple avec rabats
  • ISBN 978-2-89634-380-5

Présentation de la collection

Selon les dictionnaires, la curiosité est la qualité de quelque chose d’étrange, d’original, de bizarre ; c’est ce qui retient l’attention, l’intérêt ; c’est une tendance qui porte à apprendre, à s’informer, à connaître des choses nouvelles. La collection « CURIOSITÉS » publiée par Les Éditions GID s’inscrit dans cet esprit. Elle présente des sujets insolites de différentes régions du Québec. Chaque numéro s’intéresse à l’histoire d’un lieu souvent méconnue, parfois oubliée, mais toujours d’intérêt, afin de garder en mémoire l’identité régionale. Selon les dictionnaires, la curiosité est la qualité de quelque chose d’étrange, d’original, de bizarre ; c’est ce qui retient l’attention, l’intérêt ; c’est une tendance qui porte à apprendre, à s’informer, à connaître des choses nouvelles. La collection « CURIOSITÉS » publiée par Les Éditions GID s’inscrit dans cet esprit. Elle présente des sujets insolites de différentes régions du Québec. Chaque numéro s’intéresse à l’histoire d’un lieu souvent méconnue, parfois oubliée, mais toujours d’intérêt, afin de garder en mémoire l’identité régionale.

4e couverture

La vaste échancrure prolongeant le golfe du Saint-Laurent, limitée au nord par la Gaspésie et au sud par le Nouveau-Brunswick, porte le nom de baie des Chaleurs. Son ouverture s’étend sur plus de 40 km, de L’Anse-aux-Gascons jusqu’à Matapédia. Cet espace couvre un beau grand fjord mythique et mystérieux à souhait.

Cette baie, qui pénètre à une centaine de kilomètres à l’intérieur des terres, reçoit les eaux des rivières Matapédia et Ristigouche. C’est Jacques Cartier qui l’avait nommée ainsi en 1534. Et quand on y regarde de plus près, on peut effectivement constater que les températures d’été sont parmi les plus chaudes du Québec. Même l’hiver y est plus doux. Les Micmacs nomment cette baie Maoi Pôgtapei, soit « la baie par excellence », ou encore Ecketaan Nemaachi, « mer poissonneuse ». La baie des Chaleurs offre un paysage naturel tout en douceur auquel s’harmonise son patrimoine architectural. Tout ici est équilibre, justesse, élégance. Les ensembles paysagers invitent au calme.

Cette région entre mer et montagnes est riche des gens qui l’ont peuplée : Micmacs, Français, Écossais, Jersiais, Acadiens, Irlandais, Anglais, Belges ont développé ensemble un art de vivre inimitable qui constitue une mosaïque culturelle unique pour une région excentrique.

Nous espérons vivement que les mystères et curiosités que nous avons mis à jour vous permettront d’apprécier différemment ce territoire exceptionnel.

  • Lahoud, Pierre

    Historien de formation et ardent défenseur du patrimoine et des paysages, Pierre Lahoud parcourt le territoire québécois depuis plus de 40 ans pour en inventorier les trésors cachés. Il a rapporté du ciel québécois, et de plusieurs autres pays, plus de 800 000 images qui sont régulièrement publiées et exposées, ici et à l’étranger. 

    Ses nombreux livres nous racontent la géographie, l’histoire et les paysages et nous aident à apprécier et mieux comprendre notre environnement. Son expertise et sa vaste expérience en font un conférencier recherché par les universités et les villes de toute la francophonie.

    Courriel : pierrelahoud@me.com

    Autre(s) oeuvre(s) de l'auteur
  • Alain, Pascal

    Originaire de Carleton-sur-Mer, en Gaspésie, Pascal Alain est diplômé en histoire et en études politiques de l’Université de Sherbrooke ainsi qu’en administration publique régionale et en développement régional de l’Université du Québec à Rimouski. Il a notamment enseigné l’histoire au collégial, en plus d’avoir œuvré au sein d’institutions muséales comme le Musée acadien du Québec à Bonaventure et le Musée de la Gaspésie. En 2004, lors du 400e anniversaire de fondation de l’Acadie, il a effectué la mise à jour de l’ouvrage Histoire des Acadiens du généalogiste Bona Arsenault, paru en 1966. Il est aussi membre fondateur, en mai 2000, du journal Graffici, mensuel indépendant publié en Gaspésie. De 2006 à 2012, il a été président du Conseil de la culture de la Gaspésie. En février 2017, il recevait l’Ordre de la Gaspésie, remis aux personnes qui ont marqué l’histoire ou qui se sont distinguées dans un secteur d’activité de la vie régionale. Depuis 2004, il œuvre à la Ville de Carleton-sur-Mer comme directeur de la culture.

    Autre(s) oeuvre(s) de l'auteur

Rédigez votre propre commentaire

Seuls les utilisateurs inscrits peuvent écrire des commentaires.
Veuillez vous connecter ou vous enregistrer